capital social entreprise

Comment calculer l'investissement nécessaire à la création de ma société ?

min
20/07/2021
Nathalie AUTARD

Parmi les mentions obligatoires dans les statuts figure le capital social, qui représente les apports des associés au moment de la création d’une société. Loin d’être une simple formalité, la détermination du capital social de votre entreprise est une étape primordiale.

Capital social : définition

 

 

Le capital social correspond au montant total des sommes d’argent et/ou des biens dont dispose la société lors de sa création. Ce sont les associés qui doivent constituer ces apports : en contrepartie, ils reçoivent des parts de la société.  Il existe deux types d’apports permettant de constituer le capital social :

  • Les apports en numéraire 
  • Les apports en nature : il s’agit de biens corporels (matériel, immeubles) ou incorporels (brevet, fonds de commerce). Pour les évaluer financièrement, la nomination d’un commissaire aux apports est généralement obligatoire, sauf dans certains cas (notamment en SARL, lorsque la valeur de chaque apport est inférieure à 30 000 €).

Le montant du capital social doit obligatoirement être mentionné dans les statuts de la société.

Bon à savoir : un associé peut également fournir un apport en industrie, autrement dit la mise à disposition d’un savoir-faire ou de connaissances techniques. Même si l’apport en industrie permet d’obtenir des parts sociales, il n’est pas constitutif du capital social.

 

 

 

Quel est le montant minimum du capital social ?

 

 

La loi prévoit des montants minimums pour constituer le capital social d’une société :

  • SARL, EURL, SAS, SASU, sociétés civiles : 1 €
  • Société coopérative sous la forme SA : 18 500 €
  • SA : 37 000 €.

Quel que soit le montant du capital social, vous n’êtes pas obligé de verser la totalité au moment de la création de la société. Le minimum à réunir est fixé à :

  • 20 % du montant du capital social en EURL, SARL ou société civile
  • 50 % du montant du capital social en SAS, SASU ou SA.

En revanche, les fonds doivent être bloqués jusqu’à la signature des statuts et la demande d’immatriculation de la société effectuée. Ils doivent être déposés sur un compte bancaire ouvert au nom de la société. Mais il est également possible de les remettre à un notaire ou à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) si le montant est inférieur à 15 000 €.

Le reste des fonds devra être déposé dans les 5 ans à compter de l’immatriculation de la société.

 

 

 

En quoi le capital social est-il important pour la crédibilité de votre entreprise ?

 

 

Même si vous pouvez tout à fait créer une SARL ou une SAS avec seulement 1 €, il faut comprendre que le capital social joue sur la crédibilité de votre entreprise.

C’est un élément qui sera pris en compte par vos partenaires, à commencer par la banque si vous sollicitez un emprunt. Vos fournisseurs pourront également montrer une certaine réticence, et mettre en place des conditions commerciales moins favorables pour travailler avec vous (demande de garanties, délais de règlement restreints…). En clair, la faiblesse du capital social pourra être assimilée à un manque de solidité financière.

Soyez donc attentif à l’image que vous allez renvoyer : le capital social est un indicateur parmi d’autres de votre niveau d’engagement et de votre implication au sein de la société.

Cela dit, le capital social n’est pas figé : il peut augmenter ou diminuer au cours de la vie de la société.

 

 

Comment définir vos besoins pour démarrer ?

 

 

Indépendamment de la crédibilité, vous devez définir concrètement quels sont vos besoins pour démarrer l’activité, avant même d’avoir encaissé une vente. Il faut donc lister :

  • Les frais liés au lancement de l’activité : immatriculation et formalités juridiques, prospection, communication…
  • Les dépenses indispensables pour exercer : location ou achat d’un local, matériel, véhicule, stock…
  • Les besoins en trésorerie : factures d’électricité, abonnement Internet et téléphone, transport, remboursement de prêt…

Tout va dépendre de la nature de votre activité. Certaines entreprises peuvent débuter avec une mise de départ relativement faible, comme les services à la personne ou les activités en ligne par exemple. Mais il vaut mieux intégrer une marge dans vos calculs, pour pouvoir anticiper les dépenses imprévues. 

 

 

L’essentiel à retenir

 

Le montant du capital social va dépendre des besoins de l’entreprise pour démarrer, mais aussi de l’image que les associés souhaitent renvoyer à leurs partenaires. Pour le calculer et assurer la solidité financière de votre société, n’hésitez pas à consulter un expert-comptable.

 

Vous avez d’autres questions ? Contactez l’un de nos experts 

Nathalie AUTARD

Resp. Publication SEO

Domiciliez votre siège social à Paris en moins de 24 heures