Créer son entreprise 2021

Créer son entreprise en 2021 ? Bonne ou mauvaise idée ?

min
06/07/2021
Nathalie AUTARD

On commence à voir le bout de la crise sanitaire, mais pour combien de temps ? Il faut dire que depuis le début de la pandémie, nous vivons dans un contexte incertain, qui n’aide pas à se projeter. Et encore moins quand on caresse le rêve de créer son entreprise. Alors est-ce une bonne idée de créer son entreprise en 2021 ? On vous propose de faire le tour de la question !

2021 : l’année de l’épanouissement ?

 

Depuis le début de la pandémie, de nombreuses personnes ont connu des remises en question plus ou moins profondes. Qu’il s’agisse de leur mode de vie, de leur lieu d’habitation, ou tout simplement de leur emploi. La quête de sens n’a jamais été aussi partagée.

Mais il n’est pas facile de sauter le pas devant tant d’incertitudes. Forcément, la tentation est de se reposer sur ses acquis et de rechercher la sécurité. 

Reste qu’un emploi salarié ne protège pas de tous les imprévus, loin de là. Parmi les entreprises qui ont le plus souffert de la crise, beaucoup appartiennent ou dépendent de secteurs qui étaient jusque-là florissants (tourisme, transport aérien…).

Si la crise nous a appris une chose, c’est que tout peut basculer très vite sans que personne ne puisse le prévoir. Et pas seulement en négatif : les contraintes sanitaires ont pu jouer comme un accélérateur et ont permis une agilité sans précédent. Alors pourquoi attendre pour passer à l’action ? 

 

 

Vers un retour de la consommation ?

 

 

Difficile de savoir si la croissance sera bientôt au rendez-vous lorsqu’on analyse la situation économique, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale. 

Pourtant, certains observateurs tablent sur un scénario de type « Années folles ». Il s’agit de cette période, synonyme d’effervescence économique et culturelle, qui a suivi la fin de la Première guerre mondiale et de l’épidémie de grippe espagnole. De fait, après des mois de restrictions, la plupart des gens ont envie d’un « retour à la normale », et même de compenser les multiples privations. 

Au-delà de l’aspect psychologique, cette vision optimiste s’appuie également sur un élément concret : le record atteint par l’épargne des Français. D’après la Banque de France, les ménages ont davantage mis de côté entre fin mars 2020 et fin mars 2021, le surplus s’élevant à 142 milliards d’euros. Il s’agit d’une manne financière considérable, qui pourrait bien doper la consommation. La demande est bien présente : c’est aux acteurs économiques de proposer des offres pertinentes pour en profiter.

 

 

L’apparition de nouveaux besoins

 

 

La principale mesure utilisée pour lutter contre la propagation du coronavirus a été le confinement, ou en tout cas la limitation des déplacements au strict minimum. Ce repli sur soi imposé nous a conduit à vivre dans un périmètre réduit. Même si les restrictions sont progressivement levées, certaines habitudes vont perdurer.

Il faut dire que de nouveaux réflexes se sont durablement implantés. Le retour au local, la volonté d’une meilleure maîtrise des ingrédients ou composants de ce que l’on consomme, l’essor du bien-être, ou encore le développement du digital dans tous les aspects de la vie quotidienne…

Ainsi, on peut imaginer que les convives d’un restaurant seront plus sensibles à la provenance locale des ingrédients. Tandis que les touristes pourront être attirés par des logements loin de la foule.

Toutes ces nouvelles attentes sont autant d’opportunités pour les porteurs de projet. À condition de bien cibler les besoins, pour élaborer un produit ou un service qui se démarque de l’offre existante. C’est ainsi que des entrepreneurs et PME de différents secteurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise.

 

 

Des aides à la création toujours disponibles

 

Tout au long de la crise, le gouvernement s’est efforcé de soutenir les entreprises à travers le chômage partiel et les prêts garantis par l’État. Mais cela ne veut pas dire que les créateurs d’entreprise sont désavantagés. 

Au contraire, tous les dispositifs d’aide à la création ou à la reprise d’entreprise ont été maintenus. Ce qui est une bonne nouvelle car beaucoup d’employeurs ont gelé leurs recrutements depuis 2020. Avec des promotions entières de diplômés à la recherche de leur premier poste, ou des anciens salariés contraints de se reconvertir, la concurrence s’annonce rude sur le marché du travail !

Qu’il s’agisse d’exonérations de cotisations sociales, de formation ou de l’accès facilité à des financements, ces aides vous apportent un sérieux coup de pouce pour commencer. L’important étant de vous faire accompagner pour accéder aux ressources dont vous avez besoin.

Vous l’avez compris : en réalité, il n’y a pas de moment idéal pour créer son entreprise. Et l’année 2021 ne déroge pas à la règle. Si elle a engendré beaucoup de défis, elle s’annonce également porteuse de nombreuses opportunités. 


Pour bénéficier des conseils personnalisés de nos juristes et de nos experts-comptables, n’hésitez pas à nous solliciter !

Nathalie AUTARD

Resp. Publication SEO

Domiciliez votre siège social à Paris en moins de 24 heures